Shop

7 astuces pour devenir un bon débriefeur

Fouad Marhar
Cite 7 astuces pour devenir un bon débriefeur icon
Share 7 astuces pour devenir un bon débriefeur icon
$title

7 conseils d’experts pour un débriefing efficace des simulations de soins de santé. De l’établissement de la sécurité psychologique à l’utilisation de questions ouvertes, apprends à maximiser les résultats d’apprentissage et à créer un environnement propice à la croissance et à la collaboration dans les simulations de formation en soins de santé. Ces stratégies d’experts permettent aux débriefeurs de guider les participants à travers des discussions réfléchies, en s’assurant que chaque session de simulation n’est pas seulement une expérience, mais une occasion précieuse d’amélioration des compétences et de développement professionnel.

DOI: https://doi.org/10.69079/simzine.H24.n14.0008

On dit depuis plus de 20 ans que le débriefing peut “faire ou défaire une séance de simulation“ et qu’il est “le cœur et l’âme de la simulation” (Marcus Rall).

Dans ce contexte nous vous proposons sept éléments considérés comme essentiels à un débriefing efficace. C’est important de les garder en tête car ils expliquent la structuration du débriefing et l’utilité de chaque étape du débriefing et des phases qui le précèdent. Alors, allons voir de plus prêt de quoi est fait un débriefing efficace.

Assurer la sécurité psychologique

L’établissement d’une sécurité psychologique est essentiel pour optimiser l’apprentissage pendant la simulation et le débriefing. La sécurité psychologique a été définie comme la capacité de “se comporter ou d’agir sans craindre de conséquences négatives sur l’image de soi, le statut social ou sa propre carrière ». Pour que les individus soient psychologiquement en sécurité, ils doivent pouvoir parler sans avoir l’impression que leurs paroles entraîneront un préjudice personnel ou un rejet. Pour ce faire, la simulation et le débriefing doivent être menés dans un environnement d’apprentissage sûr. Pour établir un environnement d’apprentissage sûr, un briefing explicatif préalable à la simulation peut être mené par le(s) facilitateur(s) du débriefing.

Avoir un postulat de départ propice à l’apprentissage des apprenants

En tant que facilitateur ou apprenant du débriefing, il est essentiel d’avoir un à priori de départ concernant l’intérêt et les capacités de l’équipe impliquée dans la simulation et le débriefing. Un exemple d’à priori de départ emprunté à l’équipe du CMS de Boston est le suivant : « Nous pensons que toutes les personnes participant à cette simulation sont intelligentes, capables, soucieuses de faire de leur mieux et désireuses de s’améliorer. » Garder cet à priori à l’esprit encourage le facilitateur et les apprenants à faire preuve de curiosité dans les cas où l’équipe n’obtient pas les résultats escomptés. Cette curiosité pousse le facilitateur à examiner les « schémas mentaux » qui conduisent aux actions observées. Identifier ces cadres dans le processus d’évaluation formative peut contribuer à faciliter l’apprentissage. Le formateur n’est pas en position de supposition mais plutôt d’exploration du pourquoi des actions de l’apprenant. En l’aidant à modifier ses schémas mentaux erronés, il y a un levier plus important sur les actions futures de l’étudiant. L’advocacy and inquiry, technique de questionnement lors du débriefing trouve ici sa place dans l’exploration des schémas mentaux de l’apprenant.

Établir des règles de débriefing

Fournir aux participants un ensemble de règles de base pour le débriefing peut améliorer la sécurité psychologique et prévenir les difficultés potentielles.

Les règles du débriefing incluent la nécessité pour tous les membres de participer activement à la discussion, l’assurance que la discussion est confidentielle, et l’affirmation que le débriefing est axé sur l’amélioration des performances (et non sur la critique individuelle). Cette introduction des règles du débriefing crée l’atmosphère du débriefing, elle peut avoir lieu lors du pré-briefing ou juste en introduction du premier débriefing de la journée de formation par exemple. Ses règles seront répétées autant de fois que nécessaire par les facilitateurs afin de conserver une ambiance propice à l’apprentissage pour tous les apprenants tout au long de la formation par simulation.

Établir un modèle mental partagé

Pour qu’un groupe de participants à une simulation puisse discuter collectivement d’une expérience de simulation, il est important qu’ils aient une compréhension commune des événements. Il faut donc prévoir du temps dans le débriefing pour établir un modèle mental commun des événements qui se sont déroulés pendant la simulation. Pour ce faire, on demande généralement aux membres de l’équipe de revoir les événements du scénario, avec l’aide d’un facilitateur si nécessaire. Plusieurs structures conversationnelles de débriefing après l’événement prévoient une phase spécifique de conversation pour récapituler les événements clés de la simulation: la phase descriptive en général dans le plupart des modèles.

Une fois l’ensemble de l’équipe d’accord sur les principaux évènements de la simulation, il convient de cibler son attention sur les éléments à analyser plus en profondeur avec le groupe en lien avec les objectifs d’apprentissages.

Aborder les objectifs d’apprentissage

Conformément aux bonnes pratiques pédagogiques, il est important d’incorporer des objectifs d’apprentissage clairs dans chaque simulation. De même, le fait d’aborder ces objectifs d’apprentissage lors du débriefing est une étape importante pour optimiser l’apprentissage. S’assurer que les objectifs d’apprentissage sont couverts lors du débriefing peut être facilité en les incluant dans votre fiche scénario. Toutes les structures du débriefing prévoient une phase d’analyse des objectifs d’apprentissage au regard de la situation vécue. Bien qu’il soit important d’aborder tous les objectifs d’apprentissage pendant le débriefing, il n’est pas nécessaire de les révéler en détail aux participants, le débat est encore vif dans la communauté à ce sujet mais vous déciderez vous-même en fonction du programme, du curriculum ou du groupe si ces objectifs méritent d’être dévoilés.

Utiliser des questions ouvertes

Poser des questions ouvertes permet de faciliter la discussion et vise à favoriser la réflexion et l’auto-évaluation des participants à la simulation. Voici quelques exemples de questions ouvertes :  » Pouvez-vous me dire ce qui s’est passé lorsque le rythme cardiaque a changé ?  » ou  » Parlez-moi du travail d’équipe pendant la simulation ? « .

Éviter les questions fermées ou la réponse ne peut être que oui/non. Par exemple,  » Avez-vous remarqué le changement de rythme ?  » et  » Avez-vous eu un bon travail d’équipe dans cette simulation ?  » Il s’agit d’une compétence clé d’un facilitateur efficace car ce type de questionnement induit une ouverture du champ de la réflexion des apprenants plutôt que des réponses qui se cantonnent aux champs d’action de la question.

Ceci-dit la question fermée à la vertu d’aller droit au but et est très utile dans les phases de clarification des propos. Évitez cependant de les utiliser pour démontrer que vous avez raison ou pour diriger la réflexion des apprenants vers une réflexion qui vous est propre. Par exemple, “Sommes-nous d’accord que l’appel à l’aide est capital lors d’un arrêt cardiaque ? Et qu’il faut masser le plus vite possible ? Est ce que c’est ce que vous avez-fait?” Ici les questions sont fermées mais servent à démontrer un point de vue. L’apprenant va se sentir piégé et pensera qu’on essaye de l’induire en erreur. Demander lui plutôt, “Que savez-vous des priorités lors d’un arrêt cardiaque ? »

Laisser le silence opérer

Une période de silence se produit souvent après que le facilitateur ait posé une question ouverte. Pendant ce silence, des processus internes se déroulent dans l’esprit des participants. Ils formulent leurs pensées, analysent de manière critique leurs schémas mentaux et consolident une réponse convaincante à la question du facilitateur. Ainsi, le silence pendant le débriefing est précieux pour les participants. Les facilitateurs doivent être patients après avoir posé des questions et utiliser le silence comme un outil efficace, en le laissant s’installer selon les besoins. Un bon outil est de maintenir sa langue entre ses dents juste après l’énoncé de la question. Cela vous rappelle que c’est la réponse qui est importante et vous retient de parler en premier pendant la phase silencieuse. Plus vous respectez les silences, plus vous permettez aux apprenants d’intégrer l’information selon leur perception de la situation et DONC le plus vous leur ouvrez les perspectives d’apprentissage.

Sources

1. Sawyer, T., et al. (2016). More Than One Way to Debrief: A Critical Review of Healthcare Simulation Debriefing Methods. Simulation in healthcare, 11(3), 209–217. 

2.Establishing a safe container for learning in simulation. Rudolph JW et al.. Simul Healthc 2014 Rudolph, J. W.,  Raemer, D. B., & Simon, R. (2014). Establishing a safe container for learning in simulation: the role of the presimulation briefing. Simulation in healthcare, 9(6), 339–349.

3. Phrampus P, O’Donnell J. Debriefing using a structured and supported approach. In: Levine A, DeMaria S, Schwartz A, Sim A, eds. The Comprehensive Textbook of Healthcare Simulation. 1st ed. New York, NY: Springer; 2013:73-85

4.  Rudolph, J. W., et al. (2006). There’s no such thing as « nonjudgmental » debriefing: a theory and method for debriefing with good judgment. Simulation in healthcare, 1(1), 49–55.

5. Kolbe M, Grande B, Lehmann-Willenbrock N, Seelandt JC. Helping healthcare teams to debrief effectively: associations of debriefers’ actions and participants’ reflections during team debriefings. BMJ Qual Saf. 2023 Mar;32(3):160-172. doi: 10.1136/bmjqs-2021-014393. Epub 2022 Jul 28. PMID: 35902231.

LIRE AUSSI

Fouad Marhar
Author

Fouad Marhar

MD (Anesthesia-Critical care-Pain Medicine) International simulation Expert, Consultant Coach in Healthcare E-Health enthusiast View all Posts

Laisser un commentaire

Join our newsletter

All the sim news, straight to your inbox.
Receive monthly the best research, innovations and stories on healthcare simulation

Join our newsletter

Most Read

Check out SIMZINE's most popular articles